Retour de Christophe Delzenne au Kain TC - Vers L'Avenir 14/09/2017

L’une des informations majeure à Kain est le retour d’un ancien de la maison, Christophe Delzenne.

Fils du regretté Albert qui fut l’une des chevilles ouvrières du TC (club-house, entretien des terrains…), Christophe, aujourd’hui âgé de 47 ans, a porté haut et loin les couleurs du Hainaut occidental dans le milieu de la petite balle jaune.

...

De 1986 à 1993, l’Aubertin se mit à sillonner le monde en quête de points internationaux. Un instant 10e joueur belge, il fut 14e au classement ITF (juniors) et atteignit le 525e rang à l’ATP. Avec des souvenirs à la pelle dont il retient une rencontre contre Goran Ivanisevic, à Milan, en moins de 18 ans. Christophe dont toute la formation s’était déroulée sur les courts de la rue de Breuze porta ensuite les couleurs du club de Géronsart puis multiplia les titres de champion de N1 avec La Cure.

Depuis 2000, tant en Belgique qu’à l’étranger, il a garni son CV de coachings divers, de gestions d’entraînements. Il fut, notamment, responsable de la NPTS, la National Private Tennis Structure, à Malines de 2000 à 2002 avant d’être responsable de l’ASBL «CV Stages» en région bruxelloise. Il y gérait deux écoles de tennis pour enfants de 3 à 18 ans. Dans ce cadre, il organisait autant des journées sportives pour écoles que des inventives pour entreprises. Ces dernières années, il se mua en gérant de «Primeur 41», une épicerie fine spécialisée en fruits, légumes, délicatesses diverses.

Aujourd’hui revenu s’installer dans la maison familiale à Mont-Saint-Aubert, Christophe a pris langue avec le président Verraghen. «Mon neveu joue ici, nous expliquait l’intéressé. Et c’est ici que j’ai touché mes premières raquettes. Après une année sabbatique, je me suis dit qu’il pourrait être intéressant de me mettre au service du club de Kain. Avec le président, nous nourrissons quelques projets qui n’ont pas encore été bien définis. Je suis un passionné. À une certaine période, je passais soixante heures par semaine sur les terrains… Maintenant, je songe à m’intégrer petit à petit au TC.»

Que les choses soient bien claires cependant. Caroline Sgard reste bien la responsable de la cellule de formation. «Christophe ne va pas prendre la place de quelqu’un. Il pourrait nous aider là où il y a de petits manques. Il a du potentiel dont nous souhaitons profiter.» Ses missions seront progressivement définies avec une possible entrée au comité.

Marc Fion (L'Avenir)