Des étoiles dans le ciel kainois - L'avenir 14/09/2017

CRITÉRIUM DU HAINAUT
Le Critérium 2017 s’achève. Avant le TU Mouscron, Kain offrait une dernière chance de s’illustrer en simples dans la région.

Juge-arbitré par Honorine Huysentruyt et Anne-Florence Tommasetti, le tournoi de Kain constituait l’une des ultimes opportunités d’engranger des points au Critérium avant le Masters qui élira domicile à Froyennes. L’étape kainoise a recueilli un beau succès avec 195 inscriptions soit une vingtaine de plus que l’an dernier.

Élément important pour les arbitres dans cette augmentation: le succès recueilli en Messieurs 1 avec 18 participants et en Dames 1 avec 19 engagées. Les fruits de l’inscription au Belgian Circuit pour Anne-Florence relayée par le président Benjamin Verraghen: «S’inscrire à un Étoilé a un coût affiché mais, globalement, ce tournoi ne m’est pas revenu plus cher que les précédents. Nous avons également quelques jeunes qui frappent aux portes de beaux classements comme Jordan Decloet, Théo Liage, Julian Denys… Il est intéressant de leur proposer des confrontations de qualité.»

L’organisation fut contrariée par une météo capricieuse. L’entente entre clubs régionaux permit cependant à des parties d’être délocalisées à Vaulx et Froyennes. Kain dispose également de quatre terrains couverts. «Et nous avons bien géré la programmation en anticipant les mauvaises conditions atmosphériques.», se réjouissaient les responsables de la planification des rencontres.

Départs

Côté interclubs, à Kain, sur trente formations engagées (seize en adultes et quatorze en jeunes), deux sont sorties de poules: une Régionale Messieurs III éliminée dès le premier tour au RFC Liégeois et une Messieurs IV quatre joueurs qui a abdiqué à Ostende. La formation inscrite en Nationale 3 avait de son côté souffert de la concurrence des interclubs français et de l’absence des joueurs d’outre-Quiévrain. On remettra le couvert l’an prochain en N4.

Au niveau du club, le comité a été pénalisé ces derniers temps par trois départs: le vice-président Jean-Yves Van Coppernolle, le responsable de l’école et de la communication Philippe De Coninck ainsi que d’Olivier Dubois. «Nous restons à six. Nous attendons l’Assemblée générale pour accueillir de nouveaux membres. Dans ces conditions, gérer le quotidien n’est déjà pas facile; alors, y ajouter de grands projets, il faut un peu freiner.», explique le président. «D’autant, ajoute-t-il, que le recrutement est difficile tant pour l’école que pour le club. La conjoncture évolue. Il nous manque des locomotives. Et, souvent, les gens regardent et font un comparatif entre les coûts dans chaque club; il n’y a plus vraiment de clubmen…»

Le Kain TC espère cependant mener à bien l’installation d’un, voire de deux paddle: «Nous espérons y parvenir avant la saison d’été prochaine. Le tennis seul a un avenir qui me semble compliqué lorsque l’on voit la multiplication des activités proposées aux jeunes. Il faut donc surfer sur la nouvelle mode. »

Dans un contexte où «on gèle le tennis à court terme», on calme donc les volontés d’installations de terrains nouveaux et de couvertures supplémentaires: «On tournait sur des budgets de 350 000 à 400 000 euros, ce qui est trop.»

Durant l’été, le club-house a été rénové (sol et mobilier). «On aimerait en doubler la surface pour aussi améliorer les vestiaires et permettre un accès aux terrains intérieurs quand le bar est fermé.»

Marc FION (L'Avenir)