Maxence Olivier avait donné un bon signal
à ses troupes en s’imposant devant Gentile.
-ÉdA – 301350229658

 

Arriver en finale des interclubs de N4 était déjà un must pour le Kain TC. Ses dirigeants savaient l’obstacle binchois insurmontable. Pourtant…

Pour le Kain TC, à deux rencontres de la fin, l’essentiel était fait. Il se trouvait assuré de remonter dans une N3 qu’il avait quittée à regret voici une douzaine de mois.

Cette promotion lui permettait d’entrevoir son avenir avec plus de sérénité. Le développement de l’école des jeunes pouvait se poursuivre avec de belles perspectives de promotion pour les jeunes pousses locales, d’autant que le retour au niveau supérieur devrait normalement s’accompagner de l’inscription d’une deuxième équipe en Nationales. Un plus pour la vitrine d’un club raisonnablement ambitieux!

Alors qu’il croyait devoir arrêter son parcours au niveau des demi-finales, Kain franchit cependant l’obstacle de La Gantoise la semaine dernière. Il se trouvait ainsi propulsé en finale, une perspective qu’il n’avait jamais envisagée au début de cette compétition.

L’ultime adversaire des Hennuyers occidentaux, chez qui ils se déplaçaient, présentait une liste de force qui le rendait totalement inabordable. Des Série A y voisinaient, en effet, des B-15,4.

Et pourtant, le début de partie fit naître un espoir fou dans le chef de quelques Kainois. B-15, Maxence Olivier s’imposa, en effet, dans son premier match contre le A David Gentile après une très rude bataille. Dans le même temps, Cyril Vandermeersch conduisait Arnaud Neveux (autre A) au tie-break dans son premier set avant de rendre les armes.

Et dans les deux matches suivants, Delcour (qui jouait pour la première fois et est né en… 2 000) l’emportait tandis qu’Adrien Olivier s’inclinait. On en était à un inattendu 2-2 quand la pluie s’invita.

Cela ne calma pas les ardeurs des visiteurs qui reprirent l’avantage à 2-3 grâce à Jordan Decloet avant une défaite de Basile Plouvier (17 jeux à 15!). Les simples achevés, l’égalité était toujours parfaite entre deux formations au départ de forces inégales.

Cardiaques s’abstenir, dans les doubles on alla au super tie-break pour faire 4-4. Et un dernier super tie-break sanctionna l’ultime match. Décisif. Kain s’inclinait avec TOUS les honneurs. Au total du nombre de sets, on en était à… 119-120!