Sans-faute pour le Kainois Nicolas Cornille
qui s’est imposé tant en simples qu’en doubles.
ÉdA – 3081748431

 

 

Malgré la blessure d’Adrien De Coninck et d’Anthony Denys, le Kain TC brille à l’échelon de la Nationale 4. Il n’a pas encore connu la défaite et a signé un beau succès dimanche contre Genk.

Seul Pierre Noyon a quelque peu déçu et a dû abandonner l’enjeu tant en simple qu’en double. Mais le Français de Gravelines s’en revenait des États-Unis où il étudie et évolue en championnat universitaire. Le jetlag lui a probablement joué de plus vilains tours face à des adversaires qu’il aurait pu dominer en d’autres temps. Émilien Demelenne rata aussi son simple contre Bergen mais…

Alors Kain a-t-il déjà les deux pieds en Nationale 3? «On est au moins sûrs d’évoluer en huitièmes de finale en septembre, tempère Adrien De Coninck. Même si nous perdons contre Diest la semaine prochaine. Le règlement prévoit, en effet, qu’en cas d’égalité, une équipe qui aurait déclaré un forfait soit pénalisée, ce qui est le cas de Diest.»

Kain finirait ainsi leader de sa poule avec un bel avantage à la clef: «Clairement, cela nous dispenserait des seizièmes. En plus, nous hériterions d’un second de poule en huitièmes. Maintenant, avec le nouveau système imposé par la fédération, nous devrons aller jusqu’en demies pour être assuré de monter en N3, ce qui reste notre objectif.»

Si pas, il faudra mettre la main au porte-monnaie pour aligner un certain nombre de points. Et ce n’est pas le vœu du Kain TC qui entend la jouer à la régulière, sur le terrain sportif.

  (Journal l'avenir du 18/5/2016)