KAIN

Adrien et son robot se parent d’or

Étudiant en 1re master à l’UCL, le Kainois Adrien De Coninck a brillé en glanant l’or à l’issue de la récente coupe de Belgique de robotique.

Au sein de la «Team Ram-Bot», Adrien et quatre de ses collègues ont été sacrés à Louvain-la-Neuve. En mai, ils se frotteront au gratin européen.

Adrien De Coninck n’exerce pas seulement ses talents sur les terrains du Tennis Club de Kain. Le jeune homme de 21 ans a récemment décroché, dans les locaux de son université, la très convoitée médaille d’or à l’issue de la coupe de Belgique de robotique. S’inscrivant dans le cadre de son cursus à l’école polytechnique de Louvain-la-Neuve, cette compétition est relevée par la présence d’un large panel d’écoles d’ingénieurs venues des quatre coins de la Belgique. Des passionnés de robotique s’y mesurent également aux côtés de grosses entreprises, ce qui ajoute encore au mérite du lauréat kainois. «Cette distinction est une petite surprise dans la mesure où l’on se frottait à des équipes routinières disposant de moyens (financiers) beaucoup plus conséquents que les nôtres, explique Adrien De Coninck. C’est en quelque sorte l’aboutissement de toute une année de travail où il a fallu partir de zéro pour imaginer et construire le robot de A à Z. Ce projet auquel participe l’UCL depuis une dizaine d’années apporte vraiment beaucoup de crédit à notre formation

 

   

Développé selon les règles imposées par le concours «Eurobot», le robot de la «Team Ram-Bot», du nom de l’équipe d’Adrien, n’impressionne pas de par ses dimensions. Du haut de ses 35 cm, ce petit bijou d’imagination réalise néanmoins de véritables prouesses qui ont de quoi laisser pantois. «Dans le dispositif mécatronique, alliant l’informatique, la mécanique et l’électronique, un processeur embarqué a été installé. Il constitue le cerveau du robot, qui est complètement autonome grâce à l’introduction de capteurs sensoriels ou lasers », détaille l’étudiant kainois en 1re master ingénieur civil à l’UCL. Le week-end des 18 et 19 avril, date auxquelles s’est déroulée la coupe de Belgique, le quintette victorieux n’a pas cherché la facilité en poussant au maximum les capacités du robot. «Sur une table de 2 m sur 3, nous devions réaliser des actions, dont le nombre était laissé à notre appréciation, en rapport avec le thème du cinéma. Nous avons toutefois choisi de pratiquement toutes les remplir», précise Adrien.

À la conquête de l’Europe

Du ramassage de gobelets à la montée de marches en passant par l’approvisionnement en pop-corn, l’intelligence artificielle greffée au cœur du robot viendrait, pour peu, presque à concurrencer les tâches effectuées par les humains. Si l’on a coutume de mettre en lumière le talent des concepteurs, cette récompense, c’est aussi celle du groupe tournaisien Technord. «À l’instar d’autres entreprises qui nous ont soutenus matériellement et financièrement, leur aide a été particulièrement précieuse. Sans cet apport, on ne serait jamais parvenu à ce résultat sachant que l’université ne nous octroyait que 120€ pour un robot qui, au final, nous a coûté 2 500 euros», salue notre interlocuteur.

Du coup, comme un bonheur n’arrive jamais seul, cette médaille d’or a ouvert, à Adrien et à ses collègues, les portes des phases finales européennes qui se disputeront le week-end du 24 mai à Yverdon-les-Bains en Suisse. « On y va avant tout pour l’expérience, sans véritable ambition, et pour jauger notre niveau face à la crème en la matière. Sur notre chemin, on retrouvera en effet des candidats redoutables, tous champions dans leurs pays respectifs».